En Fr
  • 1.

    La ville sensuelle

  • 2.

    Climat

  • 3.

    Paysages construits

  • 4.

    Au bord de l’eau

    Recueillie, transportée, partagée, l’eau est au cœur de la vie urbaine. Longtemps avant que les canalisations et les robinets individualisent notre rapport à l’eau, le puits ou la fontaine a organisé la vie des communautés, faisant de l’eau un élément de sociabilité. C’est aussi autour d’elle que se sont dressés les grands axes de communication, de circulation assurant le transport des marchandises, des hommes et des savoirs. Pourtant, aujourd’hui, la ville semble davantage habitée par ses peurs de l’eau : inondations, pollutions, risques sanitaires, hygiène, l’eau potable, rivières propres, assèchement des nappes phréatiques. Il est nécessaire de retrouver une magie de l’eau. Derrière la banalité de notre rapport à l’eau, on redécouvre la trace d’un imaginaire urbain façonné far l’eau. C’est par exemple le cas des villes portuaires, ou de l’eau des mers lointaines, exotiques. L’eau des fleuves renvoie au passage du temps, à l’oubli. L’eau des lacs est celle de la contemplation et de l’apaisement des sens tandis que l’eau des plages à proximité des centres urbains est celle de la récréation et de la joie. Toutes ces eaux qui ne sont qu’un seul et même élément rendent la ville plus fluide et plus profonde.

    • 4.1.

      Propositions

      • 4.1.1.

        LAKES

      • 4.1.2.

        MOBILIER 108

      • 4.1.3.

        TABLEAU MÉDITERRANÉE

        T X T

        Projet en cours │ Sète │ France │ 2016
        avec Jacques Ferrier Architectures et C&t ingénierie

        Nous envisageons le voyage comme un processus ; un processus unificateur, qui institue la nouvelle gare de Sète comme un rouage essentiel dans la constellation des lieux qui le constituent. L’expérience de ce voyage doit donc être sensible et entretenir l’imaginaire généré depuis des siècles par la mer Méditerranée. L’occasion est belle : il s’agit de montrer que le port, trop longtemps dissocié de la ville, appartient également à un territoire immense qu’il paraît aujourd’hui pertinent de mettre en scène, en figurant de manière poétique les potentiels liés à un tel élément géographique.

        Nous projetons donc une proposition graphique capable d’évoquer la force et la richesse d’un tel territoire. La gare est visible depuis des situations singulières : le mont Saint-Clair et le nouveau restaurant dominent ainsi le projet de manière privilégiée. Son aménagement vise donc à créer un tableau, une scène spécifique dans le port et dans la ville, à la mesure des 18 hectares du pôle passagers et de l’immensité du site.

        La carte de la mer Méditerranée, figurée par un liseré épais de couleur bleue, s’imprime sur le plan masse de la gare et matérialise les contours des côtes, créant ainsi une ellipse entre le lieu de départ celui de l’arrivée. À l’instar d’un liseré d’écolier, ou d’une carte aux trésors. L’objectif ? Développer tout autant l’imaginaire que l’expérience de l’usager : inviter au voyage, à la déambulation, au rêve.

        Nous proposons ainsi de lire la Méditerranée comme une infrastructure paysagère et géographique porteuse d’histoire et d’identités, fondée sur une image commune qui lie le nord et le sud des côtes méditerranéennes. Rien ne réunit davantage la gare et les destinations qu’elle dessert que la mer qui les sépare.

        I M G
      • 4.1.4.

        HUANGPU RIVER EAST SIDE BANK

      • 4.1.5.

        PARQUE DEL RIO MEDELLIN

      • 4.1.6.

        NAVY PIER CHICAGO

      • 4.1.7.

        MUSEE DE LA VILLE DE YICHANG

      • 4.1.8.

        GARE MARITIME DE SETE

    • 4.2.

      Fresque

    • 4.3.

      Leitmotive

  • 5.

    Dans le ciel

  • 6.

    Mouvement et équilibre

  • 7.

    La nuit

  • 8.

    Matière des villes

  • 9.

    Actualités

  • 10.

    Informations

  • 11.

    Index