En Fr
  • 1.

    La ville sensuelle

  • 2.

    Climat

  • 3.

    Paysages construits

    Dans une société de plus en plus urbanisée et industrialisée, dont les effets sur l’environnement sont destructeurs, il est nécessaire de réarticuler ville et nature. Les attentes réitérées des citadins sur le désir d’une réelle proximité avec la nature en ville expriment suffisamment que l’on n’est plus désormais dans une vision de la ville où l’on tient la nature à distance mais au contraire dans une volonté de symbiose où l’on cherche un ressourcement par la nature. La nature dont on parle ici ne peut être réduite à quelques points de végétation qui se donne trop souvent à voir comme une nature domestiquée. Ce dont il est question aujourd’hui est davantage l’idée d’écosystèmes organisés au cœur même de la ville, favorisant l’existence d’une flore et d’une faune spontanées. Cette biodiversité représente le tissu vivant de la ville, là où elle peut se régénérer en mobilisant les forces de germination et de dissémination. Si nous permettons à cette nature de reprendre sa place, nous apprendrons aussi à être attentifs à tout ce que l’urbanisme de géométrie nous a fait oublier : la qualité de l’eau ou de l’air, le rythme des saisons, l’alternance du jour et de la nuit. Autant d’aspects essentiels à notre condition d’être vivant trop souvent ignorée… Dans cette approche nouvelle, la ville n’est pas qu’un simple paysage où se mêlent le naturel et l’artefact, c’est un milieu habité, un tissu vivant où différents organismes s’équilibrent entre eux.

    • 3.1.

      La fresque du restaurant 6 sens

    • 3.2.

      L’histoire du Pavillon France

    • 3.3.

      Podcast

    • 3.4.

      Diaporama 1

    • 3.5.

      Propositions

      • 3.5.1.

        IGNITION PARK

      • 3.5.2.

        NEUE NATIONALGALERIE

      • 3.5.3.

        LA FABRIQUE

      • 3.5.4.

        VILLAGE VIP STADE ROLLAND GARROS

      • 3.5.5.

        RESTAURANT LES 6 SENS

      • 3.5.6.

        EXPO FRANCE 2025

      • 3.5.7.

        PUDONG CONFERENCE CENTER

        T X T

        Projet en cours │ Shanghai │ Chine │ 2014

        avec Jacques Ferrier Architecture

        En Chine il est urgent de construire donc on peut prendre le risque de faire un bâtiment radical, expérimental, ce n’est finalement qu’un projet parmi d’autres… Nous avons emballé le  bâtiment d’une façade double peau en  aluminium. Elle est étonnante par les proportions qu’elle prend (90 000 m2) qui créent un effet d’insistance. En France les élus ou les clients ont toujours peur de ce qu’ils voient comme de l’uniformité, de la monotonie.  C’est ce qui se traduit dans les ZAC par exemple par un catalogue de différents bâtiments.  Or là on arrive à emporter l’adhésion d’un client sur une même solution de façade homogène. C’est très radical après une fin de XXème siècle qui nous a habitués à une sorte de pittoresque moderne, un kaléidoscope  de matériaux et de couleurs notamment dans les quartiers nouveaux. Cela renoue avec la ville et l’architecture classique, calme : des villes entières faites avec un matériau : la pierre,  blanche, dorée  ou grise, selon le contexte local. C’est donc le moyen de calmer le jeu sans avoir une grande diversité d’écriture.

        I M G
    • 3.6.

      Diaporama 2

    • 3.7.

      Fresque

    • 3.8.

      Leitmotive

    • 3.9.

      Videos

  • 4.

    Au bord de l’eau

  • 5.

    Dans le ciel

  • 6.

    Mouvement et équilibre

  • 7.

    La nuit

  • 8.

    Matière des villes

  • 9.

    Actualités

  • 10.

    Informations

  • 11.

    Index